Destinations principales: Yogyakarta

Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 5 (2 votes)

YogyakartaQuel que soit ce que Yogyakarta est réellement, ou bien ce qu’elle voudrait être, cette ville fascinante entourée de jungles, de rizières et de montagnes nichée au cœur d’un des anciens empires les plus importants d’Indonésie. A Yogyakarta même, vous pouvez visiter l’impressionnant Palais du Sultan (le Kraton) sous l’œil attentif, mais amical, des centaines de gardes du palais dans leurs uniformes traditionnels très reconnaissables. Vous pouvez visiter ses marchés animés et ses avenues pour acheter des objets artisanaux et artistiques créés par les artisans et peintres les plus talentueux de Java. Une fois que vous en aurez vu suffisamment dans le Java moderne, vous pouvez vous diriger vers la campagne et admirer des merveilles de l’Asie antique – les grands temples hindous et bouddhistes du 8ème au 10ème siècle comme Prambanan, Borobudur et leurs candis (temple) secondaires et sanctuaires qui ponctuent la campagne javanaise. La région particulière de Yogyakarta (Daerah Istimewa Yogyakarta, DIY) est officiellement une des 32 provinces indonésiennes. Elle est située au centre de l’île de Java, bordée au sud par l’océan indien, et au nord par une chaîne de volcans rejoignant Merapi, quelques 27 kms plus loin, qui forme un décor impressionnant sur l’horizon de la ville.

Yogyakarta occupe une situation géographique presque équidistante des deux passages d’entrée les plus importants d’Indonésie : près de 600 kms et Jakarta et 1000 kms de Bali. Yogyakarta est très bien desservie par les transports, qu’il s’agisse de bus, train ou avions pour rejoindre Java, Sumatra, Bali et Lombok.

L’aéroport Adisucipto de Yogyakarta est sur le point de changer de statut afin de recevoir non seulement des vols domestiques depuis Bali et Jakarta, mais également des charters directs et des vols en provenance d’autres pays. La température quotidienne moyenne avoisine les 26 ou 28 degrés Celsius avec un minimum de 18 degrés C et un maximum 35 degrés C respectivement. L’humidité moyenne est de 74% avec un minimum de 65% et un maximum de 84% respectivement.

Les habitants ont occupé les régions de Java Centrale et de Yogyakarta depuis des temps immémoriaux car la richesse de cette terre, causée par de fréquentes éruptions volcaniques les a attirés depuis des siècles. L’histoire attestée remonte aussi loin que le IXème siècle où des royaumes à dominante hindoue et bouddhiste ont élevé des temples magnifiques tel ceux de Prambanan, Ratu Boko, Kalasan, Sambisari et Borobudur qui ont été trouvés dans cette région.

Yogyakarta en tant que telle remonte au XVIIIème siècle. Au début du XVIIIème siècle, le Royaume Musulman de Mataram était à l’époque gouverné par Pakubuwono II. Après sa mort, il y eut un conflit entre son fils et son frère qui fut encouragé par les néerlandais, essayant alors de coloniser la région sur une base de ‘division et de règne’.

Le royaume fut divisé en deux régions à savoir le royaume de Surakarta Hadiningrat sous le règne de Sunan Pakubuwono III, et le royaume de Nyayogyakarta Hadiningrat sous le règne du Sultan Hamengku Buwono I. Il fut à l’origine de la lignée actuelle de Sultans qui vit toujours dans le Kraton et joue un rôle important dans la culture javanaise. Le second royaume fut par la suite appelé Yogyakarta.

Après la proclamation de l’indépendance de la République d’Indonésie, Sri Sultan Hamengkubuwono IX et Sri Paku Alam VIII lancèrent une déclaration selon laquelle le Kasultanan et le Kadipaten (deux régions royales), appartenaient à la République d’Indonésie comme faisant partie de la région entière de la république d’Indonésie. Depuis, cette région est connue sous le nom de Yogyakarta et a reçu le statut de province en 1950 en reconnaissance du rôle important qu’elle a joué dans la lutte pour l’indépendance.

En tant qu’ancienne capitale et centre de plusieurs royaumes dans le passé, Yogyakarta et son peuple ont un héritage culturel très riche. La civilisation, l’art et la culture se sont respectivement développés dans l’ère de l’ancien royaume de Mataram (XVIIème – XVIIIème siècles), et du Sultunanat Ngayogyakarto depuis le milieu du XVIIIème siècle jusqu’à nos jours. Il conviendrait de faire note du patrimoine culturel du passé inclut des temples magnifiques, les ruines de palais et de monastères, les diverses sortes de traditions, d’évènements culturels, de peuples traditionnels et de spectacles vivants, d’architecture et d’autres activités traditionnelles.